Cheffes 2017 et la place des femmes aux fourneaux

En l’honneur de ce 8 Mars 2017 la journée de la Femme, c’est l’occasion d’évoquer les femmes Cheffes de cuisine françaises et la place qu’on leur accorde dans ce milieu encore très masculin. 

Pourtant cela n’a pas été facile, car le métier de cuisiner s’est historiquement construit sur un modèle masculin excluant longtemps les femmes cheffes. Les restaurants apparurent post révolution pour l’aristocratie et cette bourgeoisie croissante conservant cette âme gourmande persistante. En parallèle, seuls les bourgeois moins aisés embauchaient des femmes qui cuisinaient. Ce n’est qu’après la défaite de la guerre de 1870 qui entraîna la fin de la haute cuisine au profit de l’essor d’une cuisine de plus en plus féminisée.

Et pour cause, ses femmes paysannes et bourgeoises commencèrent à investir dans des auberges ; lieux qui allaient devenir prestigieux. Ce fut le cas avec les mères BRAZIER et BOURGEOIS les premières cheffes étoilées par Michelin en 1933. Simone LEMAIRE CARAGIALE dans les années 1970 fut l’une des rares femmes cheffes à vichy qui s’est battue pour féminiser la profession. Ghislaine ARABIAN cheffe poursuit le challenge et obtient deux étoiles en 1995. Ce n’est que récemment en 2007 que la célèbre cheffe triplement étoilée Anne-Sophie PIC a officialisé et imposé avec détermination les femmes dans la gastronomie On note également le succès de Hélène DARROZE sacrée meilleure cheffe au monde en 2015 et qui anima l’émission top chef ou encore la cheffe Amandine CHAIGNOT aux commandes du palace Raphaël qui a animé master chef.

D’ailleurs on constate l’effervescence des femmes dans la gastronomie probablement grâce à la multiplication d’émissions de télé réalité culinaire qui introduisent et encouragent de plus en plus les femmes dans ce secteur tant au niveau des membres du jury que des candidats.

Tout récemment révélée par l’émission top chef Julia SEDEFDJIAN est la plus jeune cheffe. La détermination a payé puisqu’en 2016 le guide Michelin a récompensé 17 femmes ainsi étoilées sur 600 et en ce début 2017 une cheffe de plus étoilée : Fanny REY à tout juste 22 ans ! Elles poursuivent et surprennent toujours plus avec talent et persévérance.

En ce 8 mars 2017, toute l’équipe de notre agence félicite TOUTES LES FEMMES ! A toutes celles qui ont le temps de cuisiner, celles qui aimeraient mais qui n’ont pas le temps, celles qui savourent uniquement, et surtout celles devenues CHEFFES par passion ! Nous souhaitons qu’elles imposent leur style à long terme !

Si vous voulez les rencontrez toutes d’un coup, nous vous invitons à venir nous rencontrer sur notre stand au prochain festival TASTE OF PARIS au Grand Palais du 18 au 21 Mai 2017, Amandine Chaignot, Stéphanie Le Quellec, et Julia Sedefdjian y seront présentes ! Visitez le site du Festival Taste of Paris Mai 2017

Enfin si vous voulez faire plaisir à vos papilles à Paris, pourquoi ne pas faire une halte dans un endroit gourmand et festif régalé par l’une de ces nombreuses femmes et cheffes à la fois ? voici leurs adresses à Paris :

Restaurant Hélène Darroze 
4 rue d’Assas 75006 Paris Tel. 01 42 22 00 11
Email : reservation@helenedarroze.com
http://www.helenedarroze.com 

La dame de pic  – Cheffe Anne Sophie Pic
20 rue du Louvres 75001 PARIS Tel. 01 42 60 40 40
Email : contact@ladamedepic.fr
http://www.anne-sophie-pic.com

Les petites sorcières – Cheffe Ghislaine Arabian
12 rue Liancourt 75014 Paris Tel. 01 43 21 95 68
Email:barbarafalck8@gmail.com 
http://les-petites-sorcieres.com/ghislaine-arabian/

Les fables de la Fontaine – Cheffe Julia Sedefdjian
131 Rue Saint-Dominique, 75007 Paris Tel. 01 44 18 37 55
Email: fablesdelafontaine@orange.fr
http://lesfablesdelafontaine.net/cuisine-gastronomique-poissons-fruits-de-mer-paris/ 

Restaurant La Scène de l’hôtel Prince de Galles,  Cheffe Stéphanie Le Quellec
33 Avenue Georges V 75008 PAROS Tel. 0153 23 78 50
Email: lascene@luxurycollection.com
http://www.restaurant-la-scene.fr 

Visite de fermes autour de Paris

Le lundi 8 juin 2015, nous avons eu le plaisir d’accueillir un groupe d’étudiants américains venus en France pour découvrir une autre facette de la culture française : le milieu rural. Ils ont donc fait appel à La Route des Gourmets afin d’apprendre à mieux connaître la campagne française et son agriculture.
A cette occasion nous nous sommes rendus dans le Vexin français, berceau du terroir parisien et de ses produits de qualité plébiscités par de grands chefs étoilés tel que Yannick Alléno.

Retour en images sur cette belle journée !

A la découverte d’un territoire…

A la découverte des fermes autour de Paris

Notre excursion se déroule dans le Val d’Oise, département situé au nord de la région Île-de-France. Il possède une nature généreuse et vallonnée où se côtoient forêts, l’Oise et la Seine.

Le Val d’Oise, et notamment la ville d’Auvers-sur-Oise, est principalement connu pour son patrimoine artistique avant-gardiste et moderne. En effet, de nombreux artistes tels que Van Gogh, Pissaro, Cézanne, Daubigny, Jean-Jacques Rousseau ou Jean Gabin y ont séjourné et se sont inspirés de ses paysages, de son atmosphère, de son histoire…

Mais ce département possède également une agriculture riche et diversifiée. En effet, de nombreux produits sont issus de son agriculture, depuis des siècles pour certains. On peut y trouver du vin, des asperges, des cerises, des pommes mais aussi plus récemment de la bière, de la moutarde, de l’huile…

Deux parcs naturels régionaux se trouvent dans le Val d’Oise : le parc du Vexin français et le parc Oise-Pays de France.

Notre balade est centrée sur le Vexin, région naturelle à cheval entre l’Île-de-France et la Normandie. Ce vaste plateau calcaire, délimité par la Seine au sud, l’Oise à l’est, l’Epte à l’ouest et la Troësne et l’Esches au nord, est reconnu pour la richesse de sa biodiversité et de ses paysages : coteaux calcaires, marais, terrasses alluviales où se développent une faune et une flore inattendues. Les paysages du Vexin français sont également fortement marqués par une activité agricole où dominent les grandes cultures (notamment blé, orge, colza).

… et de son patrimoine

La campagne parisienne ayant un riche patrimoine gastronomique, plusieurs marques ont été créées pour promouvoir ces produits et savoir-faire.

Visite dans le terroir parisien

Logo « Produit du Parc naturel régional du Vexin »

Créé en 1995, le Parc naturel régional du Vexin français compte 99 communes réparties dans le Val d’Oise et les Yvelines. Il a pour but de préserver et valoriser les patrimoines naturels, paysagers, culturels et bâtis de ce territoire. Les communes du parc s’engagent à contribuer à l’aménagement du territoire, au développement économique et social et à la qualité du cadre de vie dans le milieu rural. Dans cette optique là, le Parc propose chaque année, durant les mois de septembre et d’octobre, un événement appelé  « Goûtez le Vexin » où des portes ouvertes chez des paysans sont mises en place. Le Parc a également créé une marque pour promouvoir ses produits.

La marque « Produit du Parc » est décernée à des produits du Parc du Vexin respectant ses valeurs essentielles :

  • L’attachement au territoire : les producteurs concernés contribuent au développement économique du territoire et s’attachent à faire découvrir le Parc à travers des produits qui valorisent les ressources et le patrimoine local.
  • Une forte dimension humaine : le savoir-faire, le rôle et la maîtrise de l’homme sont primordiaux dans le processus de fabrication ; les professionnels marqués font partager leur passion et sensibilisent le public à leurs méthodes de production.
  • Le respect de l’environnement : les bénéficiaires de la Marque s’attachent à préserver les milieux naturels, la faune, la flore et s’impliquent dans le maintien de la qualité des paysages. Ils intègrent la prise de compte de l’environnement et la maîtrise de l’énergie dans la gestion de leur structure.

Cette marque permet de soutenir les paysans et producteurs attachés à leur territoire et qui œuvrent pour une agriculture respectueuse de l’environnement.

Des critères précis sont établis pour chaque famille de produits sur les étapes de production, de culture jusqu’à la transformation. Actuellement seuls les produits suivants possèdent cette marque : les bières de la ferme brasserie du Vexin, l’huile de colza et de tournesol de l’huilerie avernoise, les jus et fruits (pommes, poire et fruits rouges) des vergers d’Ableiges, les pommes de la ferme des Vallées et des vergers d’Hardeville et les farines de céréales de l’huilerie avernoise et de la ferme des Sablons.

La marque « Saveurs Paris Île-de-France » a été créée par le CERVIA, Centre régional de valorisation et d’innovation agricole et alimentaire en 2011 et permet de valoriser environ 600 produits et soixante-dix gammes de fruits et légumes.

Le CERVIA une association de la région Île-de-France créée en 2007. Elle a pour but de promouvoir et valoriser le territoire, les produits et les savoir-faire agricoles et alimentaires franciliens. Elle soutient également le maintien des entreprises alimentaires en Île-de-France.

La marque « Saveurs Paris Île-de-France » a pour objectif :

  • Donner une visibilité aux entreprises régionales agricoles et alimentaires franciliennes, en permettant d’identifier leurs produits ;
  • Permettre aux consommateurs franciliens, notamment les urbains éloignés des lieux de production, de trouver des produits de leur région, près de leur lieu de résidence ou de travail ;
  • Toucher les 40 millions de touristes en visite chaque année ;
  • Identifier à l’export les produits franciliens.

Son logo représente bien les valeurs que veut transmettre cette marque : le territoire est représenté par l’étoile à 8 branches, l’appétence grâce au mot « SAVEURS », l’ancrage à la gastronomie et l’image de Paris est représenté par la Tour Eiffel, enfin la calligraphie en lettres majuscules marque l’excellence des savoir-faire. Des couleurs distinctes ont été choisies pour valoriser chacun des métiers et informer le consommateur. Ainsi il existe quatre déclinaisons du logo :

  • Produits agricoles : VERT pour des produits agricoles cultivés ou produits en Île-de-France.
  • Produits artisanaux : BLEU AZUR pour les produits des artisans des métiers de l’alimentation, inscrits au répertoire des métiers et fabriquant eux-mêmes leurs produits en Île-de-France.
  • Produits industriels : ROUGE ET GRIS pour les produits des petites ou moyennes entreprises de transformation agro-alimentaire qui élaborent leurs produits en Île-de-France.
  • Une déclinaison bio des produits agricoles.
Visite dans le terroir parisien

Logo « Des produits d’ici cuisinés ici »

Début 2013, le CERVIA a créé « le premier label des chefs franciliens qui cuisinent local » appelé « Des produits d’ici, cuisinés ici ».

En ce mois de juin 2015, le CERVIA lance un nouveau label « Cuisine de rue – Mangeons local en Île-De-France ». Ce label met en avant les camions et comptoirs qui proposent des plats faits maison, de qualité et de saison et qui  valorisent les produits de région.

Excursion d’une journée dans les fermes autour de Paris

Notre journée découverte du milieu rural parisien a commencé par la visite d’une ferme spécialisée dans la production de volailles. Cette visite a été l’occasion pour nos clients de découvrir comment sont élevées les volailles mais également de visiter les vergers de cette ferme. Comme de nombreuses exploitations, cette ferme possède plusieurs activités agricoles. Ainsi nous avons pu déguster divers produits issus de leur exploitation tels que des terrines, du jus de pomme…

Nous nous sommes ensuite rendus au musée de l’absinthe à Auvers-sur-Oise. Cette visite a été l’occasion pour nous de présenter un produit souvent peu connu mis à part pour son histoire sulfureuse. En effet, après un vif succès au XIXe siècle, elle fut accusée d’intoxiquer ses consommateurs avec le méthanol (alcool neurotoxique) qu’elle contient. L’absinthe aurait ainsi alimenté la folie de certains artistes tels que Van Gogh qui a d’ailleurs séjourné à Auvers-sur-Oise dans la célèbre auberge du Ravoux.
A la fin de la visite, nos clients ont pu faire une dégustation d’absinthe.

Après cette matinée bien remplie, rien de tel qu’un bon pique-nique ! Nous avons organisé un immense pique-nique en plein air afin de déguster de bons produits emblématiques de la gastronomie française et plus précisément issus des fermes autour de Paris. Au menu : des fromages (comté, brie, fromages de chèvre du Val d’Oise), de la charcuterie (jambon cuit, jambon cru, saucisson sec, rosette, rillettes, pâté en croûte…), des salades, des légumes, des fruits, des tartes, du cidre et du jus de pomme du Vexin, du vin rouge…

Après ce bon repas, nous avons poursuivi notre balade découverte de l’agriculture autour de Paris par une cueillette de fraises. Une bonne expérience pour nos clients qui ont apprécié de pouvoir ramasser leurs fruits et de les consommer ensuite !

Enfin, pour clore cette belle journée dans le terroir parisien, nous sommes allés dans une ferme spécialisée dans l’élevage de chèvres et dans la fabrication de fromages de chèvre. L’agriculteur nous a dévoilé l’histoire de sa ferme avant de nous expliquer en quoi consiste l’élevage de chèvres et comment on fabrique du fromage.

Ainsi s’achève notre balade dans les fermes autour de Paris.
Pour plus d’informations, rendez-vous sur notre site internet !

Tagged , , , , , , ,

Visite guidée gourmande à Montmartre

 

Aujourd’hui La Route des Gourmets vous présente sa visite guidée gastronomique au cœur du fameux quartier de Montmartre !

Montmartre, un quartier pittoresque

Quartier typique de Paris, Montmartre attire chaque année de nombreux touristes. L’emblématique basilique du Sacré-Cœur, située au sommet de la butte Montmartre, est même le deuxième monument de France le plus visité après la cathédrale Notre-Dame de Paris.

Lieu de vie d’illustres peintres aux XIXe et XXe siècles, décor de cinéma… Notre visite guidée insolite de Montmartre est une bonne occasion pour vous de découvrir le riche passé historique et culturel de ce quartier. Grâce à notre balade gastronomique à Montmartre, les lieux mythiques de Montmartre tels que la place du Tertre, la vigne du Clos Montmartre, la rue Lepic, le Lapin Agile… n’auront plus de secret pour vous !

Mais Montmartre est également un quartier qui possède une riche histoire gastronomique. En effet, ce quartier regorge de commerces de bouche traditionnels tels que des bouchers, des charcutiers, des maraîchers, des fromagers, des pâtissiers… Notre guide expert en cultures alimentaires aura à cœur de vous faire déguster des produits de qualité en vous dévoilant les meilleures adresses gourmandes de ce quartier.

Nous allons maintenant vous présenter quelques-unes des enseignes dans lesquelles vous pourrez vous rendre lors de notre visite guidée gourmande de Montmartre.

La fromagerie Rovecchio

Après 12 ans passés à travailler chez Alain Boulay, rue Mouffetard, Nicolas Rovecchio a décidé  d’ouvrir sa fromagerie en 2006 dans l’emblématique rue Lepic, juste à côté du Café des Deux Moulins où le film Amélie Poulain a été tourné.

Grâce à cette expérience, Nicolas Rovecchio a pu obtenir des contacts avec les meilleurs producteurs afin de fournir sa boutique.
Ce fromager passionné affine lui-même la plupart de ses fromages et aime conseiller ses clients.

Dans sa fromagerie, vous pourrez retrouver une large gamme de fromages (à peu près 160) parmi lesquels vous trouverez quelques créations maison tels que le brie et le reblochon aux truffes, des crottins à l’huile ou des chèvres frais agrémentés de baies roses, de poivre, de raisins secs ou de confiture de figue…

Les Petits Mitrons

Cette boulangerie est un exemple typique de commerce de bouche traditionnel.

Elle propose des tartes aux fruits en tous genres et autres pâtisseries traditionnelles. Sa devanture colorée et sa vitrine appétissante nous donne qu’une envie, celle d’entrer dans cette boutique et de goûter à tous ces beaux produits !

Oliviers & Co

Originaire des Alpes-de-Haute-Provence, l’aventure Oliviers & Co commence il y a environ 20 ans sous l’impulsion de passionnés de l’olivier.

Ce nouveau concept de promotion de l’huile d’olive part de la constatation que, tel que pour le vin, l’huile d’olive pourrait avoir des grands crus. En effet, selon les oliviers utilisés nous pouvons obtenir une incroyable diversité de terroirs et de goûts.

Cette enseigne propose également de nombreux produits méditerranéens et des cours de cuisine méditerranéenne. Vous pouvez d’ailleurs réserver votre cours de cuisine méditerranéenne ici.

Pâtisserie Gilles Marchal

Gilles Marchal a travaillé dans de nombreux établissements réputés tels que le Bristol, le Plaza Athénée, La Maison du Chocolat… avant de décider de créer sa boutique à Montmartre, rue Ravignan. Il y présente ses créations : éclair chocolat, opéra, viennoiseries, macarons...

Gilles Marchal propose également un véritable mille-feuille monté à la minute et fondant à souhait.

Vous l’aurez compris, cette pâtisserie est un passage incontournable dans notre balade culinaire à Montmartre !

Entre histoire et gastronomie, notre visite guidée gourmande de Montmartre est une manière originale de découvrir ce quartier à l’ambiance pittoresque.

Vous pouvez réserver votre balade gastronomique à Montmartre sur notre site internet.

Tagged , , , , ,

Le marché de Rungis : en route pour une visite guidée ultra privative !

Cette semaine l’équipe de LA ROUTE DES GOURMETS a eu le courage de se lever à 3h du matin pour accompagner Carole Metayer, créatrice de notre agence, car elle est aussi guide officielle du marché de Rungis et emmène donc très fréquemment quelques gourmets très curieux pour des visites sur mesure !
Cette visite privée de Rungis était cette fois destinée à un petit groupe de particuliers, des français passionnés de pêche qui avaient envie de prendre leur temps à la Marée ! Mais bien sûr, la visite est ouverte a tout profil et toute nationalité, à partir du moment où vous voulez vraiment découvrir le Marché de Rungis et ses coulisses !

Mais avant de démarrer notre reportage photos de ce circuit nocturne, voilà une brève présentation du marché de Rungis, qui est à ce jour encore le plus grand Marché d’Intérêt National au monde !

Situé à 7 km au Sud de Paris, dans le Val de Marne, le Marché d’Intérêt National (MIN) de Rungis a officiellement ouvert ses portes en mars 1969, où près de 15 000 camions se sont succédés pendant 3 jours pour déménager le marché des Halles de Paris au MIN de Rungis. Véritable vitrine de la gastronomie Française, le marché de Rungis accueille les meilleurs professionnels de France.

Aujourd’hui Rungis, c’est :

  • 234 hectares pour le cœur du marché et 600 hectares en incluant les plates-formes logistiques
  • 1 200 entreprises
  • Prés de 8 milliards d’euros de chiffre d’affaires dont 4 milliards rien que pour les fruits et légumes
  • 12 000 emplois permanents
  • 25 000 acheteurs
  • 40 millions d’euros investis par an
  • 26 000 véhicules par jour

Voici donc la présentation d’une visite guidée privative proposée par la Route des Gourmets, accompagnée d’une guide experte en alimentation qui nous a dévoilé tous les secrets et nous a mené dans les coulisses du marché de Rungis.

Pavillon de la marée du marché de Rungis

Visite guidée réservée aux plus téméraires car l’heure de Rv est fixé à 4h du matin… mais vous n’aurez à vous soucier de rien quant au transport et à la conduite très « sportive » au sein du marché… la visite inclut le transport Aller Retour en voiture privative (notre agence La Route des Gourmets dispose de la licence VTC (Voiture de Tourisme avec Chauffeur) durant toute la visite, au départ de Paris, ainsi que le péage pour pénétrer sur le marché.

Après avoir enfilé la tenue d’hygiène et le badge visiteur obligatoires, nous démarrons la visite par une rapide introduction générale sur l’organisation du marché et son histoire. Puis nous rentrons rapidement à l’intérieur du pavillon de la Marée où se trouvent les poissons et les fruits de mer ! Il faut vite démarrer car tout se passe avant 5h du matin !

Nous avons pu observer et découvrir des centaines de poissons et fruits de mer, d’espèces et d’origines variées. De la coquille Saint Jacques au homard bleu de Bretagne en passant par des saumons de Norvège ou encore du turbots pêchés dans la Manche. Les clients étant amateurs de pêche, le circuit s’est adapté à leurs envies et nous avons passé près d’1h30 sur le pavillon de la Marée pour écouter les commentaires et explications de notre guide experte en alimentation. Les clients étaient ravis car ils ont pu échangé à de nombreuses reprises avec les grossistes.

Pavillon des viandes du marché de Rungis

Après avoir repris la voiture, nous sommes passés devant l’usine d’incinération qui permet de transformer les déchets en énergie, Carole Metayer nous a expliqué la politique de développement durable du marché et le fonctionnement des centres de recyclage.
Après avoir traversé l‘Avenue de la Gastronomie où tous les grossistes en épicerie fine sont présents, nous avons poursuivi notre circuit privatif au pavillon des viandes.
Un hangar très impressionnant où d’énormes et nombreuses carcasses de bœufs et de veaux sont crochetées à des railles au plafond. De la viande de bonne qualité à la plus prestigieuse, nous avons pu discuter avec des hommes passionnés et fiers de leur métier.
Notre visite guidée de Rungis nous a ensuite conduit au pavillon de la triperie (le fameux où l’on peut assister au découpage de la tête de veau en quelques secondes…) puis à celui de la volaille où canard de Challandais et poulets de Bresse se côtoient.

Pavillons des produits laitiers du marché de Rungis

La suite s’est passée sur le pavillon des produits laitiers. Nous avons découvert d’énormes meules de Comté, d’Emmental ou encore de Tome, qui nous ont mis l’eau à la bouche !
Ici encore, nous avons pu observer une grande diversité d’offres, des plus industriels et pasteurisés, aux fromages les plus traditionnels fabriqués à partir de lait cru !
Nous avons notamment noté la présence du camembert fermier au lait cru de M. et Me Durand, la dernière ferme sur le village de Camembert, ou encore du Bleu de Termignon, un bleu de Savoir très rare !
Un lieu très intéressant où notre guide spécialisée en alimentation en a profité pour nous rappeler le principe des labels de qualité tels que les AOC, AOP, IGP…
Voilà un paradis pour les amateurs de fromages !

Pavillon des fruits et légumes du marché de Rungis

Ensuite, notre guide nous a mené au pavillon des fruits et légumes. Le marché des fruits et légumes est le plus important du MIN puisqu’il représente plus de 8 bâtiments à lui tout seul. Parmi les montagnes de cagettes remplis, des légumes de saisons venant des régions de proximité comme la pomme de terre de Noirmoutier et des fruits exotiques venant en avion de l’autre bout de monde comme la mangue cueillie à la main de Côte d’Ivoire. Entre les couleurs vives et les odeurs printanières, se balader à travers les allées est un vrai délice.

Carole Metayer nous expliquait qu’à Rungis, il y a toujours des nouveaux produits à découvrir !

Pavillon des fleurs du marché de Rungis

Enfin, notre excursion à Rungis s’est terminée au pavillon des fleurs. Une fine senteur de muguet nous a chatouillé les narines dès notre arrivée. Des allées complètes de roses de toutes les couleurs, de gerberas de tous genres ou encore des pivoines plus ou moins éclosent. Bien que le principal du marché des fleurs soit désormais délocalisé à Amsterdam, il reste encore quelques belles fleurs au marché de Rungis.

Déjeuner au marché de Rungis

Nous avons terminé cette visite guidée par un excellent déjeuner dans un des restaurants du marché de Rungis. Jus d’orange fraichement pressé, charcuteries et fromages de terroir, tartines de pain frais, viennoiseries croustillantes, salade de fruits de saison et une boisson chaude pour nous remettre de notre périple nocturne.
Et pour les plus gourmands, sachez qu’il est également possible d’organiser d’autres dégustations comme une bonne côte de boeuf, de la viande maturée, d’autres fromages ou encore un plateau de fruits de mers..

Rungis déjeuner (448 x 336)

Le petit déjeuner après une visite guidée du marché de Rungis

Alors si cet article a réveillé votre appétit et votre curiosité, n’hésitez pas à nous contacter pour plus d’informations à l’adresse infos@laroutedesgourmets.fr 

Vous pourrez  aussi retrouver le détail de cette prestation en cliquant sur le lien suivant : visite guidée privative du marché de Rungis avec la Route des Gourmets

Tagged , , , , , , , , , , , , ,

Balade gastronomique dans le quartier des Halles à Paris

 

La Route des Gourmets vous emmène au cœur de l’histoire de l’approvisionnement alimentaire de Paris grâce à sa  balade gastronomique dans le quartier des Halles.

Brève histoire des Halles et du quartier

Du petit marché de quelques étals au XIIe siècle, à la dizaine de pavillons de fer et de verre construits par l’architecte Victor Baltard dès 1853, le quartier des Halles fût durant près de huit siècles le principal lieu de vente de denrées alimentaires à Paris. Promeneurs, ménagères, restaurateurs, commerçants… Tous les Parisiens s’y côtoyaient dans l’ambiance si particulière que décrivit Zola dans son œuvre Le ventre de Paris.

Les Halles étaient le cœur de ce quartier mais les rues environnantes, comme l’emblématique rue Montorgueil, profitèrent également de cette effervescence. En effet, de nombreux restaurants et commerces de bouche emblématiques de Paris s’y installèrent tels que l’Escargot Montorgueil, le Rocher de Cancale, la pâtisserie Stohrer et bien d’autres enseignes que vous pourrez découvrir tout au long de notre visite gastronomique dans le quartier des Halles à Paris.

Voici quelques-unes des enseignes que vous aurez l’occasion de découvrir au cours de notre balade culinaire dans le quartier des Halles à Paris.

 

MORA

En 1814, Charles Trottier, chaudronnier en cuivre et étameur, fonde la Maison MORA – TROTTIER au 4, rue de la Chausserie dans le quartier des Halles (actuelle rue St Honoré). C’est grâce à l’utilisation de techniques récentes et de matériaux innovants que la maison MORA a participé au progrès mondial de l’équipement des « métiers de bouche » et a ainsi gagné sa renommée. En 1860, on pouvait retrouver l’enseigne MORA dans toutes les capitales étrangères où des chefs français étaient installés, notamment dans les différentes cours d’Europe. Aujourd’hui encore les grands chefs cuisiniers et pâtissiers utilisent cet équipementier renommé.


L’Escargot Montorgueil

Cet établissement ouvre ses portes sous le nom de « L’Escargot Montorgueil » en 1875.
En 1919, André Terrail, fondateur du mythique restaurant la « Tour d’Argent », rachète le restaurant et l’exploite avec le cuisinier Lespinasse, ancien chef du roi d’Egypte.
Il se spécialise dans l’un des plats emblématiques de la gastronomie française : les escargots.
A cette époque on pouvait y croiser de nombreuses personnes célèbres telles que Sarah Bernhardt, Marcel Proust, Sacha Guitry, Georges Feydeau, Cécile Sorel, Charlie Chaplin, Mistinguett, Jean Cocteau, Picasso, Salvador Dali…
Son histoire, sa cuisine et sa décoration (cet établissement est classé aux Monuments historiques) expliquent le fait que « L’Escargot Montorgueil » attire aujourd’hui encore de nombreux clients.

 

La pâtisserie Stohrer

C’est en 1730 que Nicolas Stohrer, pâtissier de Marie Leszczynska, fille du roi Stanislas de Pologne et épouse de Louis XV, ouvre sa pâtisserie au 51 rue Montorgueil à Paris.
Nicolas Stohrer est l’inventeur du baba au rhum, brioche imbibée de sirop et pouvant être agrémentée de chantilly, de fruits, de crème pâtissière…
Vous pourrez évidemment retrouver cette douceur dans la vitrine de la plus ancienne pâtisserie de Paris encore en activité aujourd’hui mais pas seulement, les gourmandises à découvrir dans cette boutique sont nombreuses : Puits d’Amour, tartes aux fruits, éclairs au chocolat… et également des plats traiteurs salés.
Comme de nombreux établissement de la rue Montorgueil, ce magasin est classé aux Monuments historiques.

 

Les commerces de bouche

Ce sont tous les commerces alimentaires traditionnels de proximité spécialisés dans la vente de produits alimentaires. Cela regroupe les boucheries, les poissonneries, les boulangeries, les pâtisseries, les primeurs, les traiteurs… La rue Montorgueil recense un grand nombre de ces enseignes qui sont souvent là depuis des dizaines d’années voire des siècles.
La découverte de ces commerces de bouche lors de notre promenade gastronomique dans le quartier des Halles sera l’occasion pour vous de découvrir des lieux traditionnels d’approvisionnement alimentaire.

 

Malgré de nombreux aménagements au fil des ans, les Halles devinrent un obstacle à la circulation en saturant les routes du centre de Paris. Les politiques décidèrent donc d’ouvrir un marché à l’extérieur de la ville. C’est ainsi qu’en 1969 fût construit le marché de Rungis qui est aujourd’hui le plus grand marché de vente de produits frais au monde.

Afin de poursuivre votre découverte de l’approvisionnement alimentaire de Paris, La Route des Gourmets vous propose de lire notre article sur notre visite guidée au cœur du marché de Rungis.

Ces deux promenades culinaires peuvent être combinées. Rendez-vous dès à présent sur notre site internet pour réserver votre visite gourmande dans le quartier des Halles !

Tagged , , , , , , ,

Balade gourmande dans le quartier de l’église de la Madeleine à Paris

 

A l’occasion d’un Eductour organisé par le Comité Régional du Tourisme Paris Ile-de-France le 17 avril dernier sur le thème du tourisme gastronomique, La Route des Gourmets a eu l’opportunité de faire découvrir l’une de ses visites guidées à ces professionnels du tourisme :  une balade gourmande dans le quartier de l’église de la Madeleine.

A travers cette balade La Route des Gourmets vous invite à découvrir les grandes maisons françaises qui ont participé à la diffusion de la renommée de la gastronomie française par leurs produits d’exception et qui représentent, aujourd’hui encore, l’excellence de la gastronomie française.

 

Le quartier de l’église de la Madeleine

C’est à Paris, aux abords de la place de la Madeleine, sur laquelle trône l’imposante église de la Madeleine aux allures de temple grec, que se déroule notre balade gourmande. Cette place, bien connue des Parisiens et des touristes, regroupent de nombreuses enseignes de luxe telles que Fauchon, Ralph Lauren…

Voici quelques unes des enseignes que vous pourrez découvrir au cours de cette balade gastronomique guidée.

 

Maison Prunier

Spécialisé dans les produits de la mer depuis 1872, la maison Prunier gagne sa réputation grâce à son état d’esprit visionnaire. La maison Prunier a été un des premiers restaurateurs à Paris à proposer un bar de dégustation d’huîtres. Elle a aussi été un précurseur dans la fabrication de caviar en France en choisissant dès 1920 de produire son propre caviar. La dégustation de ce caviar d’exception est l’un des moments phares de notre balade gourmande !

 

La Maison de la Truffe

Créée en 1932 par des courtiers de Carpentras (Provence-Alpes-Côte-D’Azur), la Maison de la Truffe avait pour but de vendre les truffes provenant du marché traditionnel de truffes au gros de cette ville directement aux Parisiens. Aujourd’hui la Maison de la Truffe est devenue une adresse incontournable pour tous les amateurs de ce produit sous toutes ses formes (produit brut, huiles, fromage, chocolats…).

 

Hédiard

Ferdinand Hédiard a bâti sa fortune en faisant découvrir les produits exotiques aux Parisiens. La politique d’expansion coloniale de la France favorise le développement du comptoir Hédiard. Il s’installe en 1880 dans le quartier de l’église de la Madeleine, à l’emplacement même de la boutique actuelle. On y retrouve encore aujourd’hui des produits exotiques mais aussi du vin, une épicerie fine


Mais le luxe alimentaire à la française ce n’est pas seulement l’art culinaire et ses produits d’exception, au cours de notre balade gourmande notre guide vous fera également découvrir quelques grandes enseignes du monde des arts de la table.

 

Faïencerie de Gien

Créée en 1821 dans la ville de Gien (Loiret), cette enseigne s’est d’abord tournée vers la vaisselle utilitaire puis elle s’est orientée vers la fabrication de services de table, de pièces décoratives et de services aux armes des grandes familles. La faïence de Gien est reconnaissable notamment par son décor bleu-noir dit « de Gien » d’inspiration Renaissance italienne.

 

Vous l’aurez compris, cette balade gastronomique au cœur du luxe alimentaire à la française réalisée par notre guide spécialisée en culture alimentaire vous offrira une expérience hors du commun avec la découverte de produits d’exception.

Si vous souhaitez découvrir toutes les enseignes que comprend cette visite guidée et faire des dégustations dans les maisons les plus prestigieuses du luxe alimentaire, n’hésitez plus et réservez vite votre balade gourmande dans le quartier de l’église de la Madeleine !

 

Des informations complémentaires sur cette balade sont disponibles sur notre site internet en cliquant ici.

Tagged , , , , , , ,

La collection de Pâques 2015 des meilleurs chocolatiers et pâtissiers de Paris

La Route des Gourmets est partie à la découverte des nouvelles collections 2015 de Pâques proposés par les meilleurs chocolatiers et pâtissiers de Paris.

Mais tout d’abord, un petit point d’histoire ! Connaissez-vous l’origine de la tradition des chocolats à Pâques ?

Il faut savoir que Pâques est une fête Chrétienne qui célèbre la résurrection de Jésus Christ, elle marque également la fin du Carême (période de jeun). Il y a quelques siècles de cela, les œufs qui ne pouvaient être mangé pendant le jeun étaient alors offert le jour de Pâques, c’est de là que vient la tradition des œufs de Pâques. Les œufs sont aussi symbole de fertilité, à l’époque Antique ils étaient portés en cadeaux pour célébrer la venue du printemps. Comme une grande partie des fêtes Chrétiennes, Pâques a été calqué sur une célébration païenne.

Mais alors le chocolat ?!

Eh bien le chocolat prend sa place à Pâques dans les années 1830, lorsque des prouesses techniques ont permis de travailler le chocolat et de faire des formes diverses et variées. Les œufs sont désormais en chocolat et cela, pour notre plus grand bonheur !

Voici maintenant un petit aperçu de la Collection Pâques 2015 des meilleurs chocolatiers et pâtissiers de Paris :


Les Marquis de Ladurée

https://marquis.laduree.com/fr_fr/

Le jeudi 19 mars 2015, nous avons eu le privilège d’être invité au cocktail de lancement de la nouvelle Collection Pâques de la chocolaterie des Marquis de Ladurée. La vitrine et les pièces en chocolat nous ont été dévoilé en avant première pour notre plus grand plaisir !


La fabrique d’Alain Ducasse

http://www.lechocolat-alainducasse.com/

Passionné depuis toujours par le chocolat, Alain Ducasse revient à son premier amour. Il installe sa Manufacture dans 11ème arrondissement de Paris où il torréfie lui-même son cacao pour en sortir un chocolat à son image. Nous nous sommes rendues à son Comptoir Le Chocolat à St Germain des prés pour découvrir ses créations de pâques, entre cloches et œufs en chocolat rien de bien surprenant. La surprise est cachée à l’intérieur ! Un feuilleté de chocolat et de praliné apporte tout le croustillant désiré…


Debauve et Galais

http://www.debauve-et-gallais.fr/

Les Maîtres Chocolatiers se sont succédés ici depuis plus de 200 ans et ont fait le bonheur de quelques rois de France et continu de satisfaire notre palais. Nous avons particulièrement apprécié une belle collection d’œufs aux graphismes rappelant les œufs russes et certaines pièces plus traditionnelles comme les poissons et les poules.


Pierre Marcolini

http://www.marcolini.be/

Le Champion du Monde de Pâtisserie Pierre Marcolini fabrique ses chocolats et ses confiseries dans son pays natal : la Belgique. En allant sélectionner lui-même ses cabosses, il cherche à nous proposer le meilleur du cacao. Nous avons pu déguster le Cœur Framboise, l’emblème de la maison et quel délice ! Ce petit cœur rouge flamboyant est aussi beau que bon. Il en de même avec leur collection Easter Doll, pièces de Pâques avec poupée, lapin, poule et œufs à la même silhouette.


Arnaud Larher

http://arnaudlarher.com/

Originaire de Bretagne, Arnaud Larher s’installe dans le quartier de Montmartre à Paris où il ouvre deux boutiques et une troisième dans le 6ème arrondissement. Elu Meilleur Ouvrier de France en 2007, il cherche l’excellence dans ses produits. Il nous propose pour ces fêtes de Pâques des personnages originaux et plutôt amusants, entre les deux compères Léa et Léo et le fameux petit oiseau rouge en colère, l’envie d’y planter les dents est bien là !


Georges Larnicol

http://www.chocolaterielarnicol.fr/

Il a commencé sa carrière à Quimper et c’est en 2010 que ce Meilleur Ouvrier de France est venu installer sa boutique sur le boulevard Saint Germain, en plein cœur de Paris. Notre tour sucré nous a amené sur le pas de sa porte pour notre plus grand bonheur. Sa boutique est un émerveillement autant pour les yeux que pour les papilles, un véritable musée de sculptures en chocolat.


L’éclair de Génie

http://leclairdegenie.com/

C’est en 2012 que l’épopée des éclairs commence, Christophe Adam ouvre sa première pâtisserie dans le quartier du Marais à Paris puis 4 autres dans le reste de la capitale. Le jaune flash de la boutique annonce la couleur, avec des pâtisseries tout aussi pétillantes, il propose à l’approche de Pâques, une boite d’œufs en chocolat aussi déluré que le reste de sa marchandise !


Henri LeRoux

http://www.chocolatleroux.com/

Encore un chocolatier Breton venu ouvrir sa boutique à Paris. Mais Henri LeRoux est plus qu’un chocolatier, il est le premier à porter le titre de caramelier. Pour cause, il est à l’origine du meilleur caramel au beurre salé : le CBS. Cette petite friandise a fait sa renommé au-delà des frontières, mais ses chocolats ne sont pas en reste. Il trouve de l’originalité dans ses œufs de Pâques en les agrémentant de graines de sésame et d’éclat de nougatine et sa petite poule est à croquer !


Pierre Hermé

http://www.pierreherme.com/

On ne présente même plus cet illustre pâtissier qui contribue à la renommé de la gastronomie française depuis déjà quelques années. C’est dans sa boutique de la rue Bonaparte que notre circuit des plaisirs sucrés s’est achevé. Bien entendu, nous avons goûté les macarons, un à la griotte et pistache et un deuxième à l’orange et fleur de basilic, à manger sans faim ! La collection de Pâques propose aussi un œuf futuriste et un lapin élancé.


Un Dimanche à Paris

http://www.un-dimanche-a-paris.com/

Ce concept store du passage du Cour du Commerce Saint André dans le 6ème arrondissement de Paris, nous offre toute une collection d’œuf en chocolat plus vrai que nature avec finesse et légèreté.


Gérard Mulot

http://www.gerard-mulot.com/

C’est dans sa grande boutique de Saint Germain des Prés, entre ses pâtisseries gourmandes et son coin traiteur avenant, que nous avons pu découvrir sa collection de chocolats de Pâques. Indiens, cow boy, cactus et tipis, tout y est ! Des personnages originaux qui valent le détour. De même, pour ses vrais œufs remplis de bon chocolat avec la coquille peinte de toutes les couleurs.


Patrick Roger

http://www.patrickroger.com/fr/

Véritable sculpteur de chocolat, la collection Pâques 2015 de Patrick Roger est impressionnante tant par sa créativité que par ses associations de goûts surprenantes. Un délice pour tous nos sens ! Ce Meilleur Ouvrier de France ne cesse de nous surprendre par son art.


Christophe Roussel

http://www.christophe-roussel.fr/

C’est dans sa pâtisserie, au pied de Montmartre que Christophe Roussel présente ses douceurs. Avec des figurines en chocolats originales et amusantes, il a tout pour plaire.

 

Allez avouez, vous avez l’eau à la bouche j’espère ? 🙂  Mmmm  n’attendez plus, filez vite passer votre commande, il n’y a pas d’âge pour se faire plaisir…

Et n’oubliez pas, si vous voulez être accompagné d’un guide expert pour découvrir toutes ces enseignes, nous proposons le Chocolate and Pastry Tour in Paris, visite disponible en français, anglais, espagnol, brésilien et coréen !

http://www.laroutedesgourmets.fr/en/14-chocolate-and-pastry-tour-paris.html 

 

Tagged , , ,

Food Truck, une nouvelle tendance dans les rues de Paris

 

Le Food Truck est un phénomène venue tout droit des Etats-Unis qui décrit un mode de restauration rapide « de rue » également appelé « Street Food ». Ce concept mis au point par Charles Gooodnight  dans les années 1860 visait à transporter facilement le matériel et les denrées liées à la cuisine. Le concept s’est ensuite modernisé à la fin du 19ème siècle pour donner ce que nous connaissons aujourd’hui. Traduit littéralement en Camion alimentaire, le Food Truck a traversé les frontières pour arriver en France en 2011. Ce drôle de « camion cantine » est un camion qui se déplace dans des lieux stratégiques pour y préparer des menus plus ou moins haut de gamme, mais toujours élaboré sur place avec des produits frais, tout en gardant des tarifs accessibles à tous.

Toujours plus rapide, nos vies ne nous laissent que peu de place dans notre planning journalier pour réellement nous poser et profiter de notre pause déjeuner. Là où dans les années 90 les salariés s’arrêtaient volontiers plus d’une heure et demie pour manger, ils ne consacrent désormais en moyenne pas plus de 22 minutes.

Le concept de ces camions gourmets des rues qui circulent au gré du vent de la foule serait donc censé être le plus adapté à notre nouveau mode de vie. Faut-il encore pouvoir tomber dessus lorsque nous avons faim ! En effet, la plupart n’ont pas encore d’emplacement fixe et se stationnent selon des accords délivrés au compte goutte par les mairies.

Pour réussir à les localiser, il faut généralement utiliser des « localisateurs de Food Truck » en ligne, qui publient leurs emplacements au maximum 3 jours à l’avance. Par ailleurs, les réservations sont impossibles et à midi, à l’heure où tous les estomacs s’agitent, il vaut mieux s’armer de patience car l’attente au vu de la file peut s’avérer longue.

A chaque camion son style culinaire, avec pas moins d’une cinquantaine de Food Trucks dans la capitale, il y en a pour tous les goûts !

A la demande d’un de nos clients, La Route des gourmets a organisé, le 20 Février 2015, une journée Food Trucks Tour dans Paris en sélectionnant une poigné d’entre eux. Nous les avons testé et approuvé pour vous, voici un bref résumé ! 

Le Cousin Mouton

http://www.le-cousin-mouton.com/

Leur créneau est de proposer des ingrédients « de terroir » : fromages affinés, viandes d’élevage, légumes des maraîchers, pains artisanaux, yaourts fermiers… Miammm ! Nous avons particulièrement adoré le sandwich grillé au Comté !

Food Truck - Le Cousin Mouton

Food Truck – Le Cousin Mouton

Le Food Truck -La Brigade-

http://www.la-brigade.fr/

Ils proposent des sandwichs avec de la viande très qualitative, cuite minute à la plancha.

Food Truck - La Brigade

Food Truck – La Brigade

MT Delight Bagel

http://www.mtdelights.com/#!mtbagel/c1p3c

Ce food truck propose une palette de bagels de différentes céréales et aux garnitures toute aussi variées.

Food Truck - MT Delight Bagel

Food Truck – MT Delight Bagel

Le Camion Qui Fume

http://lecamionquifume.com/

Enfin le plus ancien et le plus connu de tous, ce camion vous proposera des menus frites-hamburger. Je me suis laissée tenter par celui à la sauce au porto et je dois dire que bien qu’un peu léger à mon goût, l’accord n’était pas à négliger. Je le recommande donc fortement.

Food Truck - Le Camion Qui Fume

Food Truck – Le Camion Qui Fume

Dans ce métissage entre concept américain et gastronomie française, la street-food a encore des kilomètres devant elle!

Bon appétit !

Tagged , , , , , , , , , , , , , ,

Le festival Omnivore a fêté ses 10 ans et nous y étions !

L’équipe de La Route des Gourmets s’est rendue dimanche 8 et lundi 9 mars 2015 au célèbre festival Parisien Omnivore. Cette manifestation met à l’honneur la cuisine, ses produits et ses artistes. Une belle occasion pour rencontrer des chefs reconnus et des moins connus. Les master classes, divisées en scène salé, sucré, artisans, street food et cocktails, ont mis en avant des artisans et leur savoir-faire.

Voici quelques une de nos découvertes…

La Boulangerie BO – scène « artisan »

 

La Boulangerie BO, situé dans le 12ème arrondissement de Paris, nous a exposé ses pains artisanaux dimanche matin. Olivier Haustraete nous a apporté ses levains et a expliqué tout son processus de production. Voilà une boulangerie aux beaux principes qui utilise farine Label Rouge et fruits de saison. Nous avons eu le privilège de goûter à quelques une de ses spécialités boulangères, un délice !

Pour plus d’informations sur l’enseigne : http://www.boulangerie-bo.com/

La pâtisserie L’Eclair de Génie – scène « sucré »

On ne présente même plus Christophe Adam de la pâtisserie L’éclair de Génie, qui a animé une master classe sur la scène sucré. Mais cette fois-ci, surprise, l’éclair n’a pas été le sujet ! En effet, nous avons pu découvrir en avant première sa nouvelle collection de pâtisseries printanières avec ses « barlettes », petite tartelette aux fruits en forme … d’éclair !

Pour plus d’informations sur l’enseigne : http://leclairdegenie.com/

Le bar Calbar – scène « cocktail »

Le bar Calbar, c’est une histoire originale de trois amis, d’un concept et d’une révulsion pour les pantalons. Eh oui, dans ce nouveau bar à cocktail branché du 12ème arrondissement de Paris, les barmans et les barmaids sont en caleçon et cela, en été comme en hiver !

Pour plus d’informations sur l’enseigne : http://lecalbarcocktail.com/

Artisan confiturier de l’Atelier des Saveurs – scène « artisan »

Nous avons eu également le privilège de rencontrer le Meilleur Ouvrier de France Jean-Marie Guibault. Maître confiturier de l’Atelier des Saveurs, il est venu présenter ses confitures aux accords des plus surprenants, comme sa confiture fraise et céleri, et préparer devant nous une gelée de citron exquise. Il sait mettre à l’honneur ses origines Bretonnes dans ses préparations avec notamment sa confiture Keramel au sarrasin : un régal !

Pour plus d’informations sur l’enseigne : http://www.atelierdessaveurs.com/

Conférence du Cervia

Nous avons également assisté à une conférence donnée par le Cervia, Centre régional de valorisation et d’innovation agricole et alimentaire, dont l’objectif est de valoriser le terroir Francilien et ses producteurs. En effet, cet organisme fait la promotion des produits locaux et aide les producteurs à s’inscrire dans une démarche viable tant au niveau économique qu’au niveau environnemental. Ils sont également à l’origine des labels « des produits d’ici, cuisinés ici » et « saveurs d’Ile-de-France » qui permettent aux restaurateurs soucieux de mieux consommer, de le faire reconnaître.

Pour plus d’informations sur l’enseigne : http://www.saveursparisidf.com/

Tagged , , , , , , , , ,

Le terroir parisien, la campagne ça vous gagne !

Le terroir parisien, ça vous parle ? Tout d’abord précisons rapidement le(s) sens du mot terroir. Une définition plutôt académique et géographique, (n’ayez pas peur, ça va bien se passer): « Un terroir est un espace géographique délimité, ou une communauté humaine construit au cours de l’histoire un savoir collectif de production, fondé sur un système d’interactions, entre un milieu physique et biologique et un ensemble de facteurs humaines, dans lequel les itinéraires sociotechniques mis en jeu révèlent une originalité, confèrent une typicité et engendrent une réputation, pour un produit originaire de cet espace géographique. » (Alors, c’était pas si terrible ?)

logo inao la route des gourmets

Cette notion de terroir est utilisée de manière très officielle par l’INAO (Institut National de l’Origine et de la qualité) pour déterminer les aires de productions de certains produits. Notamment dans le but de labelliser via des appellations d’origine protégée (AOP) qui est l’échelon européen ou l’appellation d’origine contrôlée (AOC) qui est son pendant français.

logo AOC et AOP la route des gourmets

Depuis quelques temps une nouvelle tendance émerge. C’est l’utilisation du mot terroir comme gage de qualité, d’attachement à la terre ou à des méthodes de productions traditionnelles.

-Alors le terroir, un mot en vogue ?

-Alimentaire, mon cher Watson !

Surtout à l’heure où une prise de conscience mène tout doucement les consommateurs vers une alimentation plus raisonnée, plus authentique. Dans ce monde où tout va vite, où bon nombre de consommateurs sont détachés des produits à l’origine de leur alimentation, le terroir rassure. Dans l’imaginaire collectif, un produit du terroir fait appel à des valeurs et des savoir faire authentiques, loin des industries agro alimentaires qui tendent à augmenter la distance géographique et gustative entre le champs et l’assiette.

Certains chefs cuisiniers franciliens ont d’ailleurs saisi la tendance et proposent à leurs menus des produits de qualités et locaux. Notamment à travers le label:  » des produits d’ici cuisinés ici » qui laisse entièrement s’exprimer la richesse du terroir parisien.

Ce courant a notamment pour ambassadeur le chef cuisinier Yannick Alléno qui promeut les produits du terroir parisien, via son restaurant portant le nom de…. Terroir parisien. Ce sont des variétés anciennes de légumes comme le chou de Pontoise, du safran du Gâtinais, du fromage de chèvre du Val d’Oise qui s’invitent à la carte de son restaurant mais pas seulement. Ce sont les produits du terroir parisien tout entier qui sont mis à l’honneur tout comme dans tous les restaurants labellisés « des produits d’ici cuisinés ici ».label cervia des produits d'ici cuisinés ici

Avec ce label les agriculteurs et producteurs franciliens peuvent être fiers de continuer à travailler dans une région où l’urbanisation prend peu à peu le dessus et prouvent qu’elle n’est pas seulement un amas de béton comme on le suggère trop souvent. Il suffit de s’aventurer au delà du périphérique et parfois à seulement une quinzaine de kilomètres de Paris: vous allez trouver la campagne, la vraie. Et certainement bien plus que beaucoup d’entre vous ne le soupçonnent puisqu’on trouve en Ile-de-France plus de 5 000 exploitations agricoles, 12 500 spécialistes des métiers de bouche et plus de 500 PME (selon le Cervia) qui produisent du miel, des chocolats, des fromages, du cidre, des huiles, des moutardes, des farines, du pain… made in ici, et ça c’est la classe!

Alors convaincus que Paris ce n’est pas seulement la Tour Eiffel et les Champs-Elysées? Que la banlieue peut aussi être porteuse de prestige pour la capitale ? Et que pour trouver de bons légumes il ne faut pas forcément faire des centaines voire des milliers de kilomètres?

Il suffit parfois d’une poignée d’hommes et de femmes qui croient à une production de qualité, authentique et qui cultivent leur terroir parisien.

La Route des Gourmets vous donne l’occasion de partir à la rencontre de certains d’entre eux, avec sa balade gourmande à la découverte du terroir parisien et de ses producteurs.

 

Devinette gourmet: Savez-vous quelles sont les 2 produits franciliens ayant une AOC ?

 

Tagged , ,